vendredi, février 21

MANIF : UN POLICIER SE LACHE

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

«Nous avons faim. On nous a fait circuler toute la journée. Depuis 48 h, nous sommes sur pied, à tirer des gaz partout, moi je suis fatigué. Nos responsables là n’ont pas pitié de nous. On nous envoie dans des opérations sans nous donner à manger. Même le prix de l’eau, on n’en a pas. Comment les policiers ne peuvent pas vandaliser les boutiques dans les conditions là ?

Le problème est que, lorsque les manifestations là commencent, ils sortent beaucoup d’argents pour notre entretien, mais nous on ne voit rien. On nous exploite. On nous fait faire des choses horribles, très horribles ! Tu vois, nous sommes en sous-effectif et nous sommes maintenant très épuisés, c’est ça la vérité. »

C’est le film de la dure journée décrite par un policier au soir de la deuxième journée de manifestation. La poursuite des jeunes manifestants dans les quartiers, le #GbanGban quotidien, les jets de pierre, le contournement des obstacles, les descentes musclées, des agressions, sont entre autres des exercices qui épuisent ces jeunes policiers qui, enfin de journée regagnent leurs familles.

Mais passer toute la journée au service d’une autorité, pousser à commettre des violences, voir même des actes irréparables et se retrouver le soir, sans même pouvoir payer sa popote, reste pour la majeure partie de ces #poulets tout simplement inacceptable et révoltant.

Mais, vont-ils continuer à commettre des bavures au compte d’un système qui n’a que faire de leurs situations ? #Wonkhaye_Toun

#AngaDaddy
taadidy@gmail.com

Share.

About Author

Leave A Reply