Législatives : les cautions exorbitantes de la CENI créent l’émoi sur la toile.

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Législatives : les cautions exorbitantes de la CENI créent l’émoi sur la toile

Ce mercredi 18 décembre 2019, la CENI a fixé les cautions pour être candidat à la députation ; 50 (cinquante millions) de francs guinéens les candidatures à l’uninominal et 200 millions pour la liste nationale.

Les réactions n’ont pas tardé à l’annonce de ce communiqué, c’est scandaleux estiment plusieurs internautes, le très influent compte Facebook Kharé Man est allé de son analyse très subtile, pour dénoncer la volonté de la CENI d’exclure les candidatures jeunes par l’argent :

« LA DÉMOCRATIE DES PLUS RICHES EST TOUJOURS LA MEILLEURE… C’EST COMME CA

Nous sommes un jeune parti politique. Nous voulons prendre part au jeu démocratique par les élections Législatives. Car notre ambition est de changer la pratique de la politique dans notre pays.

Pour commencer, nous allons présenter une liste nationale et des candidats dans 10 préfectures.

De quel montant avons-nous besoin ?

Soit 50.000. 000, le montant du cautionnement pour les candidatures uninominales et 200.000.000 pour la liste nationale….

Il faudra :

50.000.000 X 10 = 500.000.000
+
200.000.000 pour la liste nationale.

Donc : 700.000.000 fg…. Juste pour les cautions

MAIS C’EST DE LA FOLIE PURE !!! » pouvait-on lire sur sa page.

Pour Dramane Diawara, du mouvement Anawotagui, ces cautions sont antidémocratiques :

« Je rappelle que le SMIC en Guinée est à 440 0 00 GNF soit 42 €. Le chômage est endémique pendant que l’IDH (Indice Développement Humain) est au plus bas niveau au monde (la Guinée occupait le rang de 182ème sur 188 pays en 2015).

Quant au financement global de ces élections, je serai heureux d’en savoir davantage.

Tout porte à croire que le système guinéen est un simulacre de démocratie caractérisé par la puissance de l’oligarchie financière et l’ethnicisation de la politique.

Quel est l’intérêt de parler de REPRÉSENTATION NATIONALE ? » se demande-t-il.

Même ton chez Nfa Saidou Doumbouya, qui dénonce une forme d’exclusion de la majorité en faveur d’une minorité de ‘’voleurs’’ : « Cinquante millions de FG pour être candidat à l’uninominal par circonscriptions, considérant qu’il y’a 38 circonscriptions, ça revient à a près de 2 milliards de FG pour les partis qui veulent présenter des candidats dans l’ensemble des circonscriptions. Je trouve que c’est excessif, pas pour le parti au pouvoir, et un parti comme L’UFDG, mais la somme est exorbitante, et l’idée derrière est clairement une tentative de réduire le débat démocratique à une petite clique aristocratique et corrompue qui peut se payer le droit d’être candidat avec la chance de représenté le peuple dans toute sa diversité !

Les nantis se payent le droit de diriger les 95% de misérables ! »

Pour Francis Haba, c’est une décision unilatérale de la part de la CENI: « Les cautions pour les législatives viennent d’être unilatéralement fixées par la CENI sous le contrôle du pouvoir. » dit-il

« L’objectif est clair, éliminer de candidatures potentielles moins nanties. Notre démocratie devient telle de la ploutocratie ?

Même si vous voulez, doublez ces cautions mais rendez le fichier électoral propre pour des élections crédibles. » a-t-il renchérit.

Ansou Diakité pour RDS

Share.

About Author

Leave A Reply