Détournement de fonds : l’ancienne ministre Zenab Nabaya traquée depuis son exil doré à Dubaï

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

La junte militaire au pouvoir en Guinée depuis le 5 septembre continue de rendre la vie dure pour des nombreux anciens dignitaires du régime défunt d’Alpha Condé. Ceux-ci sont partagés entre la case de prison, le placement sous-contrôle judiciaire et l’ouverture des informations judiciaires à leur encontre.

Pour ceux qui ont la chance de rester hors du pays au moment du coup d’Etat du 5 septembre, la Cour de répression de l’infraction économique et financière (CRIEF), une instance mise en place par la junte pour traquer les délits économiques, est à leur trousse. C’est le cas de  Zenab Nabaya  qui se trouvait en France quand son mentor Alpha Condé a été renversé du pouvoir.

D’après une source qui s’est confiée à un journaliste de Verite224, le parquet de la CRIEF envisagerait de lancer un mandat d’arrêt international contre l’ancienne ministre de l’enseignement technique, professionnel et de l’emploi. Celle-ci qui vit entre Dubaï et Lyon où elle mène un train de vie extraordinaire financé par des fonds qu’elle est accusée de détourner quand elle était aux affaires pourrait avoir ses sommeils perturbés dans les jours ou semaines à venir.

Au mois de février, son avocat qui a brandi des documents médicaux pour justifier son absence a annoncé que sa cliente pourrait entrer en Guinée pour répondre à sa première convocation. Toujours d’après notre source, le parquet de la CRIEF est aux aguets au cas où elle ne répondrait pas en ce mois d’avril.

 

 

Share.

About Author

Leave A Reply